Etoile solitaire - le train

Publié le par Envie d'haut delà

 

 

 

199094_10150120692066374_517056373_6705724_6975209_n.jpg

 

 

Le train

 

 

Sans savoir où je suis je sens ce paysage

Tellement familier, c'est l'éternel voyage

Non ne m'appelle plus. Ne me demande pas

Qui je suis, où je vais, mon état et pourquoi

Là où seuls défilent des souvenirs trop lourds

Rien ne peut m'indiquer dans quel endroit je suis

La route et les arbres ne se distinguent pas

Du début à la fin, je sais qu'ils restent là.

Et tu construis en moi un monde imaginaire

Sauveur et possible mais il est solitaire

Je suis seule à rêver, n'essaie plus d'essayer

L'envie ne s'invite pas; je crois qu'elle a peur.

L'indifférence écrase ces sentiments enfouis.

En faisant autrement je ne survivrais pas.

Le néant m'envahit, tu dois m'abandonner.

Il est déjà trop tard car demain je serai

Retrouvé dans un train pendu où les besoins

Se font tranquillement. Une mort peu banal

Pour l'âme ordinaire qui hante votre paix.

Demain mon échec s'étendra dans le journal

Mais je ne serai pas la seule responsable

On ne doit pas faire cela, abandonner

C'est mal mais naturel car nous l'avons tous fait

Mais demain je ne serai pas plus entendue

Seules les circonstances m'ont toujours conduit

A la considération et dans vos esprits

Je suis déjà mort mais demain vous oublierez

Que ce que j'ai vécu, c'était pour votre joie.

Et ce fût grand.

 

 

La condamnation

 

 

De ce liquide précieux j'en verserai quelques gouttes sur ton passé. Tu pourras noyer tes plus beaux souvenirs dans une détente nouvelle. Peu à peu tu oublieras qui tu es, peu à peu tu renieras les tiens pour cette émotion exceptionnelle. Et si tu t'en échappes, sache que tu souffriras car tu auras embrassé l'échec.

De cette disharmonie, je ne retiens que l'absence de son et sa stabilité fragile. Je m'impose dans vos loisirs pour demeurer vos souvenirs. Peu à peu vous oublierez ce que vous faites, peu à peu vous renierez votre avenir pour cette joie absorbante. Et si vous vous en échappez, sachez que vous souffrirez car vous aurez embrassé la passion.

De ce labeur vous ne retirerez que la dureté. Vos journées seront sèches et vos larmes ne suffiront pas pour regagner l'humain qui a fui.

 

 

 

 

/!\ Projet d'écriture seulement

* Etoile solitaire *

Publié dans Poésies

Commenter cet article

Pravda 28/03/2011 15:34


J'adore ton texte, surtout le passage ou le mec se suicide dans le train, mais bon, c'est comme ça.


Faust 26/03/2011 04:21


?