Lettre de rupture qui pique

Publié le par enviedhautdela.over-blog.com

A celui qui y pensera toujours,

 

 

Excusez-moi, Monsieur, si je ne cherche plus à justifier mes longs silences et retours passagés. Cette situation s'est trop prolongée. Il n'y a pas de retour possible pour nous deux. Alors, j'ai pris soin de rédiger les dernières pensées qui nous seront communes.

 

Réalisez-le, voici, mes derniers mots, soit ma dernière lettre.

Et je tiendrai parole.

 

Je ne suis pas coupable. Vous avez créé cet état des choses. Certes, nos désirs étaient mêlés, mais nos volontés ont de tout temps divergé. Permettez-moi de dissocier vos souvenirs des miens, vous ne connaissez rien de mon histoire.

 

Pour ma part, tout était sous contrôle. Vos réactions disproportionnées ont semé le trouble, le contraire n'est pas vrai.

Les phrases que j'enfile perle après perle dans votre esprit pour atteindre votre coeur, sont, chacune, choisies avec soin. Elles sont uniquement conçues pour assurer vos besoins et m'assurer la paix. Plutôt le message sera compris, plutôt je me sentirai libre, plutôt vous le serez réellement. Alors, permettez moi encore une fois d'insister.

 

Si j'avais pu lire de l'espoir lorsque nos regards se croisaient, j'aurais préféré arrêter de vivre avec vous que de vivre sans vous. Cependant, vous n'avez aucune ambition et c'est pourquoi je ne délaisserais pas mon destin à notre mariage.

 

N'y voyez aucune offense: vous me dégouttez. Votre environnement, galaxie rétrécie aux dimensions du nombril, me lasse. 

Peut-être avez-vous espéré que vos grandes phrases accrocheraient mon coeur ou que tant d'attention me plongerait dans un amour torturé. Vous vous êtes dit qu'il nous faudrait un point d'attache si fort que j'en devienne dépendante.

Mais de quel Diable souffrez-vous donc? Vous deviez être mon vaillant anarchite, je vous retrouve anihilé et dépressif.

 

Vous qui me connaissez si bien savez à quel point je joue des mécanismes de l'être humain, créature si simple. Je vous ai tant parlé de ce mépris pour l'espère toute entière. Comment-voulez vous donc que j'eusse et des sentiments forts, et des sentiments sincères. Cela m'est impossible. Voilà les choses dont je ne vous ai jamais parlées, et pourtant vous êtes celui qui m'écoute.

 

N'essayait plus de me convaincre car j'en suis persuadée: l'amour est salissant, il fait souffrir et réunit tous les vices. Je pensais que l'Amour était un autoroute vers l'idéal, je n'en trouve pas l'entrée. Je n'y préfère pas les sentiers sinueux et solitaires, mais ils se présentent comme inévitables.

 

Ne me croyez pas insensible à cette désillusion. C'est un échec de m'appercevoir que personne ne m'émouvera plus qu'une simple notion vers laquelle tendre, inventée par l'Homme. Je n'ai plus ni Dieu, ni Maître. Et c'est seule que je continuerai mon chemin.

 

Je suis de la glace. Au contact de vérités brûlantes, je me répends sur toute la surface et je disparais.

 

J'espère sincèrement que vous passerez autant de nuit à pleurer que j'en ai eues à penser. Que justice soit réellement faite, quoi.

 

A celui qui a tremblé au premier regard échangé.

A celui qui a tremblé à chaque jour qu'approchait cette lettre.

A celui qui suffoquera de ce qu'il n'a jamais su contrôler.

 

Baudelaire disait: « L'air est plein de frissons des choses qui s'enfuient »,

Adieu

 

 

 

  fbea0731aa0d638fdd50972a49184fed.jpg

Publié dans Textes courts

Commenter cet article

VIRGINIE D'EDENSLAND 07/12/2010 18:31


Je ne l'aurais pas dit comme ça...C'est pour cela que j'aime flaner sur les blogs...Jolie pensée de bauselaire...


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 18:47



Qu'est ce que tu n'aurais pas dit comme ça?


Merci de ta visite. :-)



pentaesilae 04/12/2010 19:27


C'est joliment tourné et fabuleusement cynique.
J'aime particulièrement la galaxie rétrécie aux dimensions du nombril !


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 17:51



Merci, merci =) D'avoir lu et d'avoir commenté, c'est super.



Faust 30/11/2010 18:50


Je lis et relis cette lettre et malgré tout le talent de l'auteur, je ne peux m'empêcher d'en penser le fond vrai (Oui je plagie sans honte Merteuil dans ses tournures). Elle est surprenante,
agréable et arrive à joindre cynisme et esthétique dans une étonnante réussite. Chapeau bas, Marquise!


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 17:48



De la part d'un tel Marquis, cela me voit droit au coeur =)



Kiara 29/11/2010 09:32


Ce blog est agréable à regarder, les textes sont beaux et les citations d'auteurs sont justes bien pensées.
Bienvenue dans la communauté "intime et décalé" où ce blog a toute sa place et trouvera de nouveaux lecteurs!
A très vite!


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 17:48



Merci beaucoup =)


Comme tu as du déjà constater, j'ai déjà posté un petit nombre de textes sur la communauté.


Passe une bonne soirée!