J'en ai rien à foutre de la vérité en fait

Publié le par enviedhautdela.over-blog.com

Kat_by_Yumi_iko.jpg

 

 

 Il y a des choses que je savais avant qu'elles se déroulent.

Pourquoi ne les ai-je pas empêchées?

J'ai cru bien faire en taisant mes pensées, que certains nommaient préjugés.

Pourtant aujourd'hui je sais qui avait la vérité.

 

J'aurais du oublier ce que les autres me disaient. J'aurais du avancer comme bon me semblait.

 

Je ressentais que ce n'était pas normal. C'était gênant et pourtant tellement réel. J'aurais du m'avouer la vérité et croire que je pouvais réussir autrement.

 

J'ai voulu m'accrocher à la normalité pour oublier ma différence. J'ai voulu l'aimer pour oublier que je ne ressentais pas les mêmes sentiments. Et aujourd'hui je sais qu'il était malade et qu'il m'a rendu malade. Je sais que l'amour cache beaucoup de sentiments dégueulasses.

En vérité je vous le dis c'était une sorte de confort que je cherchais. Et maintenant je sais la vérité. Je sais aussi qu'il est trop tard et que tout ne se réparera pas.

 

J'ai joué avec le feu, j'avoue. On m'a dit qu'il était responsable de lui-même et que je n'avais qu'à me soucier de mes sentiments personnels. Pourtant aujourd'hui je sais qu'il comptait sur moi et je sais aussi que je suis trop égoïste pour répondre à ces besoins.

 

Quand je repense à ce que je pensais. Quand je relis ce que j'écrivais. C'est autant d'alarmes que je n'ai pas voulu écouter.

 

Et je vois cette société qui grandit tel un sale gosse. Elle prend de la place dans mon esprit et dans mon coeur, et le transperce en fait. J'ai pité de cette jeunesse (dont je fais partie) qui ne prendra pas son destin en main, de cette vieillesse qui espérera encore une aide désintéressée.

Je plains ces gens fanatisés par la politique alors que la solution est simple: raisonner.

 

Je ne comprends plus pourquoi les gens aiment. Ils aiment tout et n'importe quoi. Ils se croient libre d'aimer mais aiment-ils vraiment? Aimer, désirer, nécessiter, supplier, espérer, croire, vouloir, se tromper.

 

Alors arrêtez de me dire que vous êtes sincères! C'est d'une discontinuité honteuse. Aucune volonté ne nous ébranle réellement. Subir, c'est moche.

 

superstickies

Publié dans Philo

Commenter cet article

pentaesilae 19/12/2010 11:47


N'avions nous pas la certitude que nos ailes seraient brisées?
Pour autant, si nous avions écouté ces alarmes, ne nous serions pas perdus nous même?

On n'est pas libres d'aimer, l'amour est subi. La vraie liberté serait de pouvoir l'accepter ou le refuser.


enviedhautdela.over-blog.com 19/12/2010 17:51



Ton point de vue est intéressant. Mes lignes soulignent le dilemne, mais je ne prétends pas apporter de solution. Cependant:


Peu importe que l'on soit libre ou non d'aimer, nous sommes libres de choisir. Renoncer à l'amour, c'est grave dans une vie, mais il y a d'autres choses à ressentir.


Le "problème", c'est que notre société pose l'amour comme fondamental pour la réussite. Il n'y a pas d'alternative à la solitude mis-à-part la fuite.


Personnellement, j'imagine l'amour comme constitué autour de la projection et de la volupté.


Quelqu'un qui sait aimer, c'est quelqu'un qui sait se libérer des tensions en ressentant d'autres choses.



age-ingrat.over-blog.com 08/12/2010 23:57


ton article me parle, en fait il y a un "il" chez moi.

Si ça se trouve c'est peut-être moi, et pas lui. Et peut-être que j'aurai pas dû faire certaines choses. et puis pleins d'autres "peut-être"..
Maintenant, je suis en pleine réflexion personnelle ... merci pour ça! je reviendrais pour d'autres articles ;)


enviedhautdela.over-blog.com 09/12/2010 15:14



Merci de ta visite et heureuse si elle t'a apporté quelque chose, ne serait-ce que des interrogations



Sam Borderline 08/12/2010 01:21


ah ces histoires avec lui ou elle qui nous brise les ailes après nous avoir emmené, envolé puis délaissé... la maladie c'est la vie avec ses hauts et ses bas... la maladie parfois nous maudit de
ces mots dits et ses bras étendus mais si froids !! bref j'aime ton univers qui m'interpelle et je te mets en lien sur mon blog pour ne plus te perdre au sein de la blogosphère !! à très vite !!


enviedhautdela.over-blog.com 08/12/2010 08:31



Je fais de même en espérant établir un échange solide.


"et ses bras étendus mais si froids", exact. Ce que j'aime avec cette expression, c'est qu'il peut aussi bien s'agir d'un ressenti que d'une réalité. Et je dirais même: Comment savoir au fond?


Passe une bonne journée!



Delphine 07/12/2010 21:16


wouahh, je reste un peu bête j'avoue. xD
Je suppose que c'est toi qui l'a écris, j'ai pas tout bien compris ( à un moment un peu trop 'intelligent' pour moi surement lol)
Moi j'ai toujours pensé être honnête, ça veut dire quoi ? ^^
et j'ai la même question, c'est pour les gens en général ou pour lui ? Au moins tu en as pris conscience.
Sinon c'est super bien écrit, je naaaaime ^^


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 21:53



Bête/intelligent, c'est des notions! Tu ne serais pas my god si t'étais bête,


Être honnête dans ce texte, ça veut dire que suivre ses pulsions n'est pas toujours ce qu'on aurait voulu faire. Par exemple raccrocher au nez de son bonhomme (qui, nous?)


J'en avais pris conscience avant de le connaître. Regarde les contes statiques, où tu pensais qu'il y avait une partie qui parlait de lui. J'ai préféré oublier ou je pensais qu'il était différent
peut-être (mouah ah ah quelle marrade!)


Merciiii



Bleaker 07/12/2010 19:53


ah, tout s'éclaire ! enfin, en partie, j'ai du mal à comprendre si tu en veux "aux autres" ou à "lui" ?
"ma différence" ? ; "je ne ressentais pas les mêmes sentiments" ? ; "il m'a rendu malade" ?

je fais parti de "ces gens fanatisés par la politique", et je pense que vanter le travail c'est pas particulièrement révolutionnaire ; quant à la jeunesse et l'amour, c'est lié à la technique et à
la vitesse, on a plus le temps de prendre le temps, alors que la technique devait justement libérer du temps ( en transférant progressivement le travail, manuel, aux machines-robots ), ainsi qu'à
la propagande de l'argent-roi dont les footballeurs sont les ambassadeurs auprès de la plèbe


enviedhautdela.over-blog.com 07/12/2010 21:50



Que nenni! Mais je n'en veux à personne! Mais pour les éléments cités en part1 ça s'adresse à un "lui fictif".


Pour le fanatisme de la politique, je parle des violents, pas des obnibulés


Je voudrais savoir où je vante le travail d'après toi?